Les mauvais coups du maire sortant-1er mauvais coup, l’île aux jeux

Cliquez pour agrandir

Rien n’arrête jamais le maire sortant et surtout pas les souhaits des habitants qui voudraient être entendus.

Cliquer pour agrandir

A 15 jours des élections,   le maire sortant a fait clore le terrain de tennis déclassé de zone de loisirs en zone commerciale pour l’annexer à la zone  de l’île aux jeux .

Cliquer pour agrandir

L’objectif étant  de faire croire que tout est ficelé , or il n’en est rien  et notre connaissance du dossier le démontrera.

Sur cette photo on peut voir l’intérêt que le maire sortant porte aux arbres car ceux qui séparent le terrain de tennis déclassé  de l’île aux jeux sont voués à être coupés alors qu’ils sont,  comme on le voit, en excellent santé et réservoir de biodiversité.

Nos engagements sont  toujours clairs, argumentés et sans ambiguïté, ce qui n’est pas le cas de toutes les listes.

Interrogez nous, interrogez les.

28 février -Réunion publique à l’école de la Fradinière 19h30

Ecole de la Fradinière
Réunion publique  ce soir, vendredi 28 février 2020 à 19h30
Evelyne Bouillon et la liste aux élections municipales « Saint Hilaire l’Océan, c’est maintenant! » vous invite à venir échanger sur l’avenir de notre commune

Le port à Brétignolles, les candidats aux municipales interpellés.

Dans le cadre des élections municipales, Evelyne Bouillon, tête de liste de « Saint Hilaire l’Océan, c’est maintenant » a répondu au questionnaire  envoyé  à tous  les candidats aux prochaines municipales.

Le  blog de surveillance  du site de la Normandelière: « Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie : Quel littoral pour demain ? » relaie les questions et réponses des candidats interpellés.

Vous trouverez ci dessous les questions reçues et les réponses apportées par Madame Bouillon.

Question 1

« Approuvez-vous la création d’un port de plaisance, tel que celui présenté par la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sur le site de la Normandelière à Bretignolles-sur-Mer ?
Pourriez-vous argumenter votre réponse ?
Cette position serait-elle défendue à la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, par les représentants élus de votre commune, si vous êtes élu(e) ? »

Ma position et celle de ma liste «  Saint Hilaire l’océan, c’est maintenant! » est sans ambiguïté, nous sommes contre la réalisation du port de plaisance à Brétignolles sur mer.

Les arguments  portent sur les impacts conséquents que cette réalisation entraînerait :

  • Au niveau environnemental : le projet de port va détruire une grande partie de la zone humide remarquable du marais Girard, de sa biodiversité.
  • Au niveau hydrologique : les travaux risquent de siphonner l’eau des nappes phréatiques qui vont être indispensables dans l’avenir.
  • Au niveau des travaux en mer : on ne maîtrise absolument pas les courants marins qui vont changer suite à l’élimination des roches et l’ajout de digues qui peuvent engendrer des modifications néfastes sur tout le littoral.
  • Au niveau financier : ce projet risque de devenir un gouffre financier ; l’argent public serait mieux utilisé pour maintenir le trait de cote et protéger les riverains du littoral.
  • Au niveau social : créer volontairement une éventration dans le cordon dunaire, c’est mettre en péril les populations et les infrastructures lors événements climatiques violents, événements qui vont devenir de plus en plus fréquents et de plus en plus violents avec le réchauffement climatique.

 Déjà des dégâts irréversibles doivent être pointés comme la disparition de l’espace caprin en agriculture biologique que l’on a poussé à s’expatrier. Une hérésie lorsque l’on parle de mettre en place des fermes urbaines sur les territoires.

Lorsque nous seront élus, les représentants de notre liste à la communauté de communes s’engagent à s’opposer à ce projet de port d’un autre temps, complètement obsolète de nos jours.

 Question 2

« Comment envisageriez-vous l’évolution du littoral du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie dans un contexte de changement climatique avec montée des océans et recul du trait de côte ?
Quelles seraient, pour vous, les priorités (orientations, aménagement,  financement) de la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie concernant son littoral pour demain ?
Cette position serait-elle défendue à la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, par les représentants élus de votre commune, si vous êtes élu(e) ? »

L’évolution du littoral est un problème majeur avec un recul du trait de cote qui s’accélère. Les travaux entrepris par la communauté de communes pour aligner le trait de cote sont  positifs, cependant leurs effets risquent d’être annulés par la brèche ouverte prévue dans les dunes pour la réalisation du port (que nous refuserons)

Nous sommes persuadés que l’organisation de la gestion des problèmes littoraux, réaménagement, protection, gestion de l’argent public… ne peut se faire qu’au niveau des communauté de communes du littoral regroupées en pôle de compétences avec un appui de techniciens et d’experts.

En effet tout travaux sur le littoral, en mer a une incidence sur la courantologie et donc peut impacter le littoral bien au delà de l’endroit ou ces travaux sont réalisés.

Un exemple, la décision politique d’un aménagement sur une zone (port à Bretignolles , pont , estacade…) ne peut se faire que si l’ensemble de la zone littorale ne subit pas des conséquences néfastes c’est à dire, que le voisin n’en subisse pas des conséquences + ou – graves qu’il devra à son tour gérer .

A ce jour, l’absence de compréhension globale du système mer et littoral sur la côte vendéenne ne permet pas une fiabilisation des aménagements et des protections. Il faut une réflexion plus globale pour prendre des décisions locales efficaces.

Un autre point à envisager est l’urbanisation proche du littoral.

Le problème immédiat d’urbanisation est assez facile à traiter si on stoppe la densification dans des zones sensibles et répertoriées ; mais le problème humain des constructions existantes et de la dangerosité à venir de ces habitats pour ceux qui les occupent n’est pas facile à gérer. Il faut prendre en compte la dimension humaine, il faut anticiper sur le long terme et prévoir des expropriations, des compensations? La Région, l’état doivent prévoir dans ce cas un financement dès lors que les études ont montrés le côté irréversible des travaux de protection.

En conclusion, on voit que le travail de la communauté de communes sur  l’évolution du littoral du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie dans un contexte de changement climatique avec montée des océans et recul du trait de côte  demande aussi un travail en réseaux avec les autres communautés de communes du littoral, avec des scientifiques. Il doit aussi y avoir implication à l’échelon supérieur des départements, régions, voire de l’état.

Lorsque nous seront élus les représentants de notre liste à la communauté de communes s’engagent à œuvrer pour tisser les liens indispensables afin d’aboutir à une efficacité maximum dans la mise en œuvre des travaux nécessaires et de l’argent public investi.